symphonie

(Extrait de la symphonie sur un thème gallois)

 

Il a fallu du temps pour aborder cette grande forme.Il y a quelque chose de grand et un peu de paralysant, à écrire une symphonie.Au début cela semble aussi compliqué que de gérer une entreprise.
Blaise Cendrars: » les machines les plus compliquées et les symphonies de L.V.Beethoven se meuvent d’après les mêmes lois, progressent arithmétiquement. »

Il y a d’abord ce nombre impressionnant de portées qui s’accumulent les unes au-dessus des autres.A l’intérieur de chaque instrument , il y a à nouveau une subdivision.On n’écrit pas avec un seul cor d’harmonie, il en faut quatre.Puis il y a les premières notes.Faut-il affirmer la tonalité d’emblée par un immense accord de tous les instruments ? C’est souvent ce qui se fait, mais est-ce original ?

Il y a des choix innombrables à faire , et la première difficulté est là.Puis viennnent des interrogations plus intérieures sur le thème.Finalement toute la question de la forme repose sur la recherche originale du traitement du thème.Les premières symphonies ont pour matériel du répertoire traditionnel.Ce n’est pas très original, même les grands compositeurs ont utilisé ce procédé.Certains en ont même fait un axe important de leur production ( Bartok, Sibélius, les compositeurs russes…et bien d’autres).Lorsqu’on écrit dans cette grande forme, c’est rassurant d’utiliser un matériau connu.Cela ne résout pas toutes les difficultés , mais la bonne maîtrise du thème aide à avancer.

La question de la couleur orchestrale doit être abordée.Elle doit être en fonction du style, du choix du thème, de l’ambiance générale que l’on veut donner à sa symphonie.La recherche des timbres est vraiment une partie intéressante même si des Grands ont déjà dit tellement de choses incontournables ( Traité de Berlioz).

« Lorsqu’on jette un regard sur la création, une sorte de musique mystérieuse apparaît sous cette géométrie splendide; la nature est une symphonie; tout y est cadence et mesure ; et l’on pourrait presque dire que Dieu a fait le monde en vers. » (Victor Hugo)

 

Je suis assez fidèle à la notion de thème cyclique, cher aux compositeurs de musique française.Cela donne une cohésion , lie les différents ensembles de façon cohérente.

Comme le choix des premières notes, le choix des dernières doit retenir notre attention.Un de mes professeurs avait dit de façon très caricaturale que: »l’auditeur retient le début et la fin de l’oeuvre ».

L’écriture d’une symphonie reste un magnifique voyage, souvent long, souvent périlleux.Pourtant , malgré les difficultés, on y revient toujours avec la même ardeur juvénile.

« Avec la liberté de celui que la culture n’a pas trouvé entièrement englouti, le vagabond de la musique ramasse le morceau de verre qu’il trouve sur la route et le tend vers le ciel pour en faire jaillir mille couleurs. »( Adorno)

Esté

0 Réponses à “symphonie”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Blog musical du groupe pop ... |
lessupposdesaturne |
gan2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | boubou258
| Atelier "Aux vents divers" ...
| The blog of the Invalide Ro...